samedi 30 mars 2013

Plus dure encore sera la chute...

Valérie Tong Cuong, L'ardoise magique, Stock, 2010 [172 p.]



Mon résumé :

     Jour de ses dix-huit ans, Mina et son amie Alice décident de mettre fin à leurs jours. Elles sont en haut d'un pont et attendent le train qui leur sera fatal. Alice saute. Mina pas. Commence alors une errance solitaire.

Ce que j'en pense :

      L'auteur nous plonge de suite dans l'intrigue.
Alice saute du pont. Mina n'y parvient pas.
Pris dans les pensées de cette dernière, nous découvrons, peu à peu, avec pudeur, ses blessures d'enfance - une mère alcoolique, aimante mais défaillante - et d'adolescente - un entourage familial rejetant et sans amour.
Comment ne pas alors s'accrocher à Alice, jeune fille intelligente, belle et bienveillante ? Comment ne pas s'en vouloir de n'avoir pas vu sa souffrance à défaut de l'avoir rejointe ?
Épaulée par une deuxième rencontre inattendue avec David, le "Sans Larmes", Mina mène alors l'enquête... au risque de devoir faire face à une réalité éprouvante.

     L'écriture est nette et précise ; les phrases sont justes, sans fioritures.

     Il y a du suspense. La fin m'a surprise ; j'étais partie sur une toute autre piste... Valérie Tong Cuong nous balade joliment pour finalement nous mener à une poignante réalité.

     Bref, un court récit percutant qui traite de solitude et d'espoir.

Extrait :

"Je suis maîtresse de ma vie et de chacun de mes choix" [p.95]





vendredi 29 mars 2013

De haut vol

Bastien VIVES / Florent RUPPERT & Jérôme MULOT, La Grande Odalisque, Dupuis, Coll. Aire libre, 2012 [122 p.]

Mon résumé :

      Alex et Carole, deux vieilles amies, sont expertes en vols de tableaux. Pas effrayées par les défis les plus extrêmes, elles sont aussi des jeunes femmes comme les autres, prises dans des soucis d'amour, d'amitié, de sexe.
Les voilà qui se lancent un nouveau défi : dérober "La Grande Odalisque" d'Ingres au musée du Louvre. Pour cette périlleuse mission, elles vont avoir besoin d'une troisième comparse...

Ce que j'en pense :

      J'adorais la série "Signé Cat's Eyes" que mon frère et moi regardions quand nous étions petits. Du coup, lorsque j'ai entendu parler d'une BD qui s'en inspirait librement, je n'ai pas hésité !

     Le résultat, dans l'ensemble, vaut le détour. Scènes d'actions spectaculaires, états d'âmes, humour, nous entrainent rapidement dans cette histoire à grande vitesse.

     Les dessins sont beaux et évocateurs.

     J'ai eu plus de mal à m'attacher aux personnages ; ces jeunes femmes boostées par l'adrénaline sont sans grande pitié ni moralité. Elles ne m'ont ni vraiment touchées ni impressionnées.

     La fin reste vraiment en suspens, même si je suis, quand même, restée sur ma faim...

     En bref, un ouvrage appréciable et prenant, mais qui ne me marquera pas sur le long terme.

Extrait :

 " - Ok, toi, envoie une rafale au juger. 
- Mais mon colonel, et le tableau ?
     - Et alors ? Un tableau ça se restaure.
   - Mais, mon colonel, c'est un Titien !
   - C'est un ordre ! " [p. 104]

Musique liée


 http://helran.fr/lecture/wp-content/uploads/2013/01/challenge-170-300x199.jpg

mardi 26 mars 2013

Et maintenant...

Meg Rosoff, Maintenant, c'est ma vie, Albin Michel, Coll. Wiz, 2006 [238 p.]

Mon résumé :

      Daisy, quinze ans, new-yorkaise, rejoint l'Angleterre, accueillie dans son étrange maison par sa tante Penn et ses quatre enfants, Osbert, Edmond, Isaac et Piper. Elle cherche à y oublier les lâchetés de son père et le désamour de sa belle-mère, "Davina la Diabolique". Contre toutes attentes, elle va vite se retrouver aux prises d'une guerre qui la dépasse.


Ce que j'en pense :

      Dans le cadre de mon boulot, ma collègue et moi travaillons en partenariat avec la bibliothèque de la municipalité qui nous propose tous les deux mois une sélection d'ouvrages sur un thème prédéfini.
A l'occasion de la Saint-Valentin, nous leur avions demandé quelques ouvrages d'amour. Maintenant, c'est ma vie faisait partie de ce lot.
 
     Sa jolie couverture rose et or m'a de suite attirée. Je me suis donc lancée et... j'ai bien aimé.

     L'écriture très oralisée - nous sommes dans les pensées de Daisy, m'a d'abord un peu gênée. On se laisse cependant vite transporter par ce style naïf et l'atmosphère particulière de l'ouvrage.
 
     Nous nous retrouvons rapidement aux prises avec deux grandes choses qui dépassent Daisy (et nous dépassent) : l'amour et le désir réciproques de la jeune fille pour son cousin, puis la guerre qui éclate et ses horreurs.
 
     Je dois dire que l'héroïne m'a un peu agacée. Je l'ai trouvé d'une froideur et d'une légèreté dérangeantes face aux atrocités qui l'entourent. Mais, n'est-ce pas le regard sincère que porterait une simple adolescente plus intéressée par son amour interdit que par les morts qui l'entourent, et qui, finalement, fait preuve d'une force incroyable ?...
 
     Ce détachement n'entame cependant pas l'attrait pour le récit et la force de certains passages - un peu rares, quand même...
 
     Enfin, je dois dire que j'ai apprécié la lecture et que les dernières pages m'ont particulièrement tenues en haleine.
 
     En bref, un joli roman qui me semble assez juste dans l'ensemble.


Musique liée :




http://helran.fr/lecture/wp-content/uploads/2013/01/challenge-170-300x199.jpg
             


vendredi 15 mars 2013

Challenge des Globe Readers

http://4.bp.blogspot.com/-6GT3CqbAuT4/UUs-mlUHcRI/AAAAAAAAAHo/y6A22TIsm4k/s1600/Challenge+des+globe+readers.jpg

Je me suis inscrite à un nouveau challenge : le Globe Readers.
C'est addictif !


Le principe

Créé par Biblio87, le challenge Globe Readers a pour but de parcourir le monde par le biais des lectures. Il consiste en la lecture sur une durée illimitée d'un certain nombre de livres dont l'intrigue se déroule à un lieu relativement précis (réel ou imaginaire) - chacun de ses lieux fera office d'escale.

Les différents niveaux sont : 
* Globe Reader du dimanche : 10 livres ;
** Globe Reader amateur : 25 livres ;
*** Globe Reader aventurier : 50 livres ;
**** Globe Reader expérimenté : 75 livres ;
***** Maître Globe Reader : au moins 75 livres.



Je me suis inscrite comme "Globe Reader aventurier". Les escales sont à venir ^^

1ère escale : Paris
2ème escale : New York
3ème escale : Haïti
4ème escaleMassaba
5ème escale : Babylone 
6ème escale : Israël 
7ème escale : Islande 



jeudi 14 mars 2013

Mini-challenge "Les carnets de route de François Busnel"

http://4.bp.blogspot.com/-2I6MCHXbl2g/T3cssGJKhSI/AAAAAAAAETo/qWPUNXriKEQ/s400/challenge1.jpg

Le principe

Créé par Chinouk et inspiré de l'émission télévisée du même nom, le mini-challenge "Les carnets de route de François Busnel" a pour but de lire au moins un livre d'un des auteurs américains de chacune des sept émissions, et ce, avant fin 2013.


La liste des auteurs


20 octobre 2011 : « Un air de New-York » :
Paul Auster
 Jonathan Franzen
Toni Morrison
Colum McCann
 Jay McInerney
 

17 novembre 2011 : « Une Nouvelle-Angleterre » :
Peter Matthiessen
James Salter
Douglas Kennedy
 
Richard Russo
Richard Ford
Russell Banks Philip Roth
 
15 décembre 2011 : « Esquisse sudiste » :
Pat Conroy
Ace Atkins
William Faulkner
Thomas H. Cook
John Biguenet
Eddy Harris

26 janvier 2012 : « En route vers l’Ouest » :
Joyce Carol Oates
Elmore Leonard
Laura Kasischke
Michael Collins
Dan Chaon
Richard Powers
Louise Erdrich

23 février 2012 : « Les grands espaces » :
Dan O’Brien 
Craig Johnson 
Alexandra Fuller
Jim Harrison
James Lee Burke

22 mars 2012 : San Fransisco :
Anne Rice
Jim Fergus
Thomas Sanchez
Lawrence Ferlinghetti

26 Avril 2012 : Un rêve californien :
Armistead Maupin 
Vendela Vida 
T.C Boyle 
Sherman Alexie 
Bret Easton Ellis 
Seth Greennland
 
24 Mai 2012 : L.A.-Ellroy-Confidential :
James Ellroy.
 

Challenge Laurent Gaudé

Plus d'explications en cliquant sur l'image

Le Principe

 Créé par Un chocolat dans mon roman, le challenge Laurent Gaudé a pour but de découvrir dans l'année les œuvres littéraires de cet auteur. Chaque lecture fera l'objet d'un billet sur ce blog.

Le challenge comporte trois niveaux :
* Découverte : 1 roman + 1 pièce de théâtre
* Fidèle lecteur : 1 roman + 1 pièce de théâtre + 1 nouvelle
* Fan de la première heure : 2 romans + 1 pièce de théâtre + 1 nouvelle

Pour ma part, je me suis inscrite au "fan de la première heure" afin de mieux découvrir l'auteur.


La liste d’œuvres


 Théâtre

    Combats de possédés, Actes Sud, 1999 ;
    Onysos le furieux, Actes Sud, 2000 ;
    Pluie de cendres, Actes Sud, 2001 ;
    Cendres sur les mains, Actes Sud, 2002 ;
    Le Tigre bleu de l'Euphrate, Actes Sud, 2002 ;
    Salina, Actes Sud, 2003 ;
    Médée Kali, Actes Sud, 2003 ;
    Les Sacrifiées, Actes Sud, 2004 ;
    Sofia Douleur, Actes Sud, 2008 ;
    Sodome, ma douce, Actes Sud, 2009 ;
    Mille orphelins suivi de Les Enfants Fleuve, Actes Sud, 2011 ;
    Caillasses, Actes Sud, 2012 ;

Romans

    La Mort du roi Tsongor, Actes Sud, 2002, Prix Goncourt des lycéens 2002 et Prix des Libraires 2003 ;
    Le Soleil des Scorta, Actes Sud, 2004, Prix Goncourt 2004 et Prix Jean Giono 2004 ;
    Eldorado, Actes Sud, 2006 ;
    Cris, Actes Sud, 2006 ;
    La Porte des Enfers, Actes Sud, 2008 ;
    Ouragan, Actes Sud, 2010 ;
    Pour seul cortège, Actes Sud 2012 ;

Nouvelles

    Sang négrier 2006 ;
    Dans la nuit Mozambique, 2007 ;
    Voyage en terres inconnues, Magnard, 2008 ;
    Les Oliviers du Négus, Actes Sud, 2011 ;
    Je finirai à terre, nouvelle inédite, actes sud, 2011 ;
    Le Sursaut, concours Je Bouquine, 2009.


mercredi 13 mars 2013

Challenge des 170 idées

http://helran.fr/lecture/wp-content/uploads/2013/01/challenge-170-300x199.jpg

Présentation du challenge

     Ce challenge créé par Helran a pour but de lire des livres dont la couverture ou le titre sont en rapport avec les 170 idées listées ci-dessous. Sa durée est illimitée.



La liste des idées
(en jaune, les livres lus et leurs chroniques)

1 - une chaussure ;
2 - une lampe de bureau ou une autre lampe ;
3 - un porte-monnaie, un portefeuille ou un sac : Jérôme Attal, Le voyage près de chez moi, Stéphane Million Editeur, 2013 ;
4 -  un mug ou une tasse ;
5 - un lit ;
6 - un objet d’enfance : Blatte et Falzar, Zozoland : parc paniiiiiique !, Sandawe.com, 2013 ;
7 - une bouteille, une jarre ou une boîte de conserve ;
8 - une montre ou un autre bijou ;
9 - un foutoir organisé ;
10 - une/des mains ;
11 - des lunettes de vue ou de soleil ;
12 - une chose qui se mange : Gabrielle Zevin, La mafia du chocolat, Albin Michel, Coll. Wiz, 2012 ;
13 - un téléphone ;
14 - une chose que l'on voit le matin au réveil ;
15 - un (ou des) arbre(s), des feuilles ou branches : Meg Rosoff, Maintenant c'est ma vie, Albin Michel, 2006 ;
16 - un outil ;
17 - un instrument de musique ;
18 - une vue depuis un appartement, bureau, maison… ;
19 - une chose qui se fabrique : Vives / Ruppert et Mulot, La Grande Odalisque, Dupuis, Aire Libre, 2012 ;
20 - une chose de « papa » : Amélie Nothomb, Barbe Bleue, Albin Michel, 2012;
21 - quelque chose de vieux, vintage, antique… ;
22 - une pièce d’un vêtement : Grégoire Delacourt, La première chose qu'on regarde, Edition JC Lattès, 2013 ;
23 - un pied, voire une jambe ou un talon ;
24 - un morceau de fruit ;
25 - un verre ;
26 - une chose que vous aimez ;
27 - un livre : Meg Cabot, Journal d'une princesse. Tome 01 : la grande nouvelle, Le Livre de Poche Jeunesse, 2008 ;
28 - un appareil ;
29 - quelque chose d’architectural ;
30 - une chaise ou équivalent : Joan Didion, Le Bleu de la nuit, Grasset, 2013;
31 - une chose qui se collectionne ;
32 - une chose métallique : Jean-Baptiste Harang, Bordeaux-Vintimille, Grasset, 2013 ;
33 - un œil : Michael Grant, BZRK, Gallimard Jeunesse, 2012 ;
34 - une feuille morte ;
35 - un vélo ou une de ses parties ;
36 - une foule, du monde, un rassemblement de personnes… ;
37 - une ou plusieurs clés ;


38 - quelque chose en rapport avec Halloween, la Toussaint, etc. ;
39 - un musée ;
40 - une brosse à dents ;
41 - quelque chose de plié ;
42 - une borne, un point de repère d'une ville, un panneau routier
: Joël Dicker, La Vérité sur l'Affaire Harry Québert, Ed. de Fallois, 2012 ;
43 - quelque chose dont vous êtes reconnaissants ;
44 - une chose d’artisanat chinois ou en céramique ;
45 - un animal, vrai ou empaillé ;
46 - l‘intérieur d'une armoire à pharmacie ;
47 - quelque chose sur un thème de jour férié (Noël, Solstice d’hiver, Hanuka, etc.) ;
48 - un chiffre ou un nombre : Gabrielle Lord, Conspiration 365. Tome 01 : janvier, Rageot, 2009 ;
49 - une chose qui représente le temps (heure, année, siècle…) ;

50 - l’intérieur ou l’extérieur d'un réfrigérateur ;
51 - l’entrée d'une maison ;
52 - une télé ou un écran ;

53 - un chien ;
54 - une bouche en mouvement : Philip Roth, Indignation, Gallimard, 2008 ;
55 - quelqu’un ou quelque chose que vous aimez : Amos Oz, Entre Amis, Gallimard, 2012 ;
56 - une poignée de porte ;
57 - une tête ;
58 - un cadre photo ;
59 - un chapeau, casquette, bandana ou autre chose qu’on peut porter sur la tête ;

 60 - une saison ;
61 - une voiture ou une de ses parties ;
62 - un groupe d’au moins deux objets similaires ;
63 - des cartes ;
64 - un objet que l'on trouve dans la nature ;
65 - un évier, lavabo ou bidet ;
66 - un nez ;
67 - un extincteur ;
68 - quelque chose qui fait penser à une mère ;
69 - un ordinateur ;
70 - une boisson alcoolisée ;
71 - quelque chose dont on peut être phobique : Laurent Gaudé, La Mort du roi Tsongor, Actes sud, 2002 ;
72 - quelque chose qui représente un sport ;
73 - quelque chose de nouveau ou un endroit que vous découvrez pour la première fois ;
74 - une boîte aux lettres ;
75 - des nuages ;
76 - des ingrédients ;
77 - une ou des fleurs ;
78 - quelque chose de froid ou refroidi ;
79 - une place ou un endroit : Jérôme Ferrari, Le sermon sur la chute de Rome, Actes Sud, 2012 ;
80 - une (ou des) oreilles ;
81 - une chose qui vous rend heureux : Lyonel Trouillot, Yanvalou pour Charlie, Actes Sud, 2009 ;
82 - un lampadaire ;
83 - un bureau ;
84 - un corps ou quelque chose à proximité de l’eau (océan, lac, pont, rivière…) ;
85 - du pain ;
86 - un magasin, intérieur ou extérieur ;
87 - un panneau de circulation ;
88 - Une chose qu'on trouve au déjeuner ;
89 - Une chose dans le vent ;
90 - un ou des boutons ;
91 - une chose avec des ailes : Blandine Le Callet, Dix rêves de pierre, Stock, 2013 ;
92 - une pomme ;
93 - un sac en papier ou en plastique ;
94 - une boîte d’oeuf avec ou sans les œufs, ou des œufs ;
95 - une cuillère ;
96 - une carte routière ou un plan ;
97 - une chose sucrée.
98 - un cadeau ;
99 - ce que vous voulez ;
100 - quelque chose qui représente vos résolutions de l’année ;
101 - un paysage ;
102 - une barre de savon ;
103 - un câble d’alimentation ;
104 - des équipements d’exercice ;
105 - une salière et un poivrier ;
106 - des ciseaux ;
107 - une chose acidulée ou aigre ;
108 - une source d’information (journaux, JT, ordinateur, radio…) ;
109 - une ou plusieurs ampoules ;
110 - une horloge ;
111 - une chose avec une ou des flammes ;
112 - une boule ;
113 - quelque chose de frais ;
114 - une barrière, clôture, haie, etc. ;
115 - quelque chose de moche :
Kengô Hanazawa, I am a hero. Tomes 1 et 2, Edition Kana, 2012 ;
116 - une carte de shopping ou un panier de course ;
117 - quelque chose de vert : Ally Condie, Promise, Gallimard Jeunesse, 2011 ;
118 - quelque chose de rond ;
119 - des cheveux ou quelque chose avec des cheveux ;
120 - des pierres ou cailloux ;
121 - une lampe de poche ;
122 - des pièces de monnaie ;
123 - quelque chose qui comporte une ombre ;
124 - une cloche ;
125 - quelque chose de jaune ;
126 - un ou des oiseaux ;
127 - une éponge ;
128 - un immeuble, building, etc. ;
129 - une porte ;
130 - quelqu’un qui fait quelque chose ;
131 - des fournitures scolaires : Valérie Tong Cuong, L'Ardoise magique, Stock, 2010 ;
132 - une bouteille de spray (laque, aérosol, désodorisant…) ;
133 - une chaine ;
134 - une pêche ;
135 - une personne ou chose familière sous un angle insolite : Gillian Flynn, Les Apparences, Editions Sonatine, 2013 ;
136 - une salade ;
137 - une chose vivante ;
138 - une chose que l'on peut allumer et éteindre ;
139 - quelque chose de mou ;
140 - une chose avec une poignée : Anna Sam, Les tribulations d'une caissière, Albin Michel, 2012 ;
141 - une enveloppe ;
142 - quelque chose avec des poils ;
143 - quelque chose de chaud ;
144 - une herbe ou une épice ;
145 - quelque chose de carré ;
146 - un arbre mort ;
147 - un aliment ;
148 - une chose faite de bois : Laura Kasischke, Esprit d'hiver, Editions Christian Bourgeois, 2013 ;
149 - quelque chose d’apaisant ;
150 - un balai ;
151 - une ou des bougies ;
152 - quelque chose en rapport avec la liberté ;
153 - une noix ;
154 - une chose dans un emballage plastique ;
155 - un citron ;
156 - des marches ;
157 - un sandwich ;
158 - une serviette ;
159 - un (des) grain(s) de popcorn ;
160 - un ustensile de cuisine ;
161 - un trophée ;
162 - une chose odorante ;
163 - une chose que l'on trouve au petit déjeuner ;
164 - un jeu de carte ;
165 - un appareil photo ;
166 - un appartement ou une maison ;
167 - un poisson ;
168 - une chose qui doit être réparée ;
169 - un journal quotidien, ou un magazine ;
170 - une part de gâteau.

C'est bientôt la fin...

Catherine MAVRIKAKIS, Les derniers jours de Smokey Nelson, Sabine Wespieser éditeur, 2012 [329 p.]


 Mon résumé :

      Portraits de trois personnages marqués par un même événement tragique, le massacre d'une famille, 20 ans plus tôt, dans un motel de la proche banlieue d'Atlanta : Sydney Blanchard, noir américain originaire de la Nouvelle-Orléans, d'abord accusé à tort du quadruple meurtre ; Pearl Watanabe, hawaïenne, femme de chambre qui a découvert les corps et partagé une cigarette avec le tueur, et Ray Ryan, père et grand-père des membres de la famille assassinée. Portraits auxquels vient s'ajouter la voix de Smokey Nelson, le tueur, condamné à mort prochainement exécuté.

Ce que j'en pense :

     J'ai découvert ce roman après le passage de l'auteur à La Grande Librairie de François Busnel sur France 5, il y a quelques mois. La trame m'a de suite attirée. L'idée de faire vivre quatre (cinq, même) personnages marqués au fer rouge par un même événement est un point de départ intéressant et plein de promesses.

       Au final, je n'ai pas accroché. Je me suis même ennuyée...


       Au-delà du fait que le quadruple meurtre est simplement une toile de fond, la cause et le révélateur de la profonde solitude et du désœuvrement des personnages, la noirceur de l'ensemble, ce portrait (a)moral et désespérant (réel ou fictif) de l'Amérique (racisme, violence, extrémisme, etc.) m'a dérangée.
Les personnages ne m'ont ainsi pas touchée. Sydney rejette profondément les hommes et n'est dans une réelle relation qu'avec son chien. Pearl (sur)vit avec l'ombre du Smokey qui l'a séduite et ne parvient pas à accepter cette idée-là. Paul est profondément soumis à son Dieu vengeur. Seul Smokey, le tueur, entretient une réelle relation avec sa sœur Martha qui lui permet de rester dans le monde des hommes.

       Je reconnais la réelle qualité d'écriture de l'auteur. Les trois voix principales sont vraiment identifiables - elles ont chacune leur rythme, leur musique propre. Mais, cette qualité littéraire n'a pas suffit à me garder dans l'histoire.


       Pour résumer, un roman très bien écrit, avec un point de départ intéressant, mais auquel je n'ai définitivement pas adhéré.



Musique liée :




Challenge :

mardi 12 mars 2013

C'est beau un livre la nuit

Joan DIDION, Le bleu de la nuit, Grasset, 2013 [232 p.] 


Mon (très) petit résumé

     Joan Didion revient sur la vie et la mort de sa fille Quintana Roo à travers souvenirs et réflexions. Parler de sa fille disparue, c'est parler de la fin qui approche. Ou l'inverse...


 Ce que j'en pense

     Le récit se lit d'une traite. L'écriture est simple et percutante.

     L'auteur parle en creux de sa fille à travers des fragments épars de souvenirs - fragments à l'image des choix éclectiques de Quintana lors de son mariage qui ouvrent le récit. Mais, surtout, elle nous livre ses réflexions sur la vieillesse, la famille, la solitude - réflexions auxquelles j'ai été sensible.

     Le collage de souvenirs est donc foisonnant sans pour autant être barbant. Même si, j'ai quand même un peu perdu le fil, les repères temporels étant brouillés, comme ils peuvent l'être dans une mémoire humaine.

     En bref, un récit plaisant sans être bouleversant - l'ensemble reste tout de même un peu trop froid à mon goût.


(Très court) Extrait

"Le temps passe. Se peut-il que je n'y aie jamais cru ? Ai-je cru que les nuits bleus pourraient durer à jamais ?" (p.26)

Musique liée



lundi 11 mars 2013

Un homme, un jour, tu seras, mon fils !

Philip ROTH, Indignation, Gallimard, 2008 [195 p.]


Mon petit résumé :

     Marcus Messner, jeune homme de 19 ans, part faire ses études au Winesburg College, dans le fin fond de l'Ohio, pour échapper à l'amour inconditionnel et aux peurs débordantes de son père. Sur fond de Guerre de Corèe, il y découvrira la vie en collectivité, le désir, la colère, etc.



Ce que j'en pense :

     Je suis mitigée...

     Le livre est bien écrit. Il dresse le portrait d'une époque, celui de l'Amérique des années 50 et de son puritanisme ambiant.

     J'ai été cependant peu sensible aux turpitudes et indignations intimes de ce jeune homme à demi-mort, sous morphine, qui, durant son court passage à l'Université, craint à chaque moment son renvoi, renvoi qui le mènera au front, à la mort certaine.

     Le suspense tient tout du long au motif de ce renvoi inéluctable : son insolence envers le doyen ? sa mésentente avec ses colocataires successifs ? ses écarts de conduite avec sa copine suicidaire ? ou bien, serait-ce simplement "(une de ses) décisions les plus banales, fortuites (...) qui aura une conséquence des plus totalement disproportionnées" ?

     Un livre que je ne regrette toutefois pas d'avoir lu - d'autant plus qu'il est mon premier Philip Roth (!) - mais, auquel je n'ai pas été sensible et dont il ne me restera, à long terme, pas grand-chose...

Quelles histoires, ces épitaphes !

Blandine Le CALLET, Dix rêves de pierre, Stock, 2013 [256 p.]

dix-reves-pierreMon petit résumé :


     A partir d'inscriptions funéraires, l'auteur publie un recueil de dix nouvelles chronologique sur les derniers moments de personnages réels, célèbres ou anonymes. Qui va mourir ? De quelle façon ? A quel moment ? La tension narrative mène à la chute inéluctable : l'épitaphe.

Ce que j'en pense :


     J'avais été moyennement emballée par le premier ouvrage de Blandine Le Callet, Une pièce montée, mais, prise par les nombreuses critiques dithyrambiques, je me suis laissée tenter. Sans regret !

J'ai été transportée par ces derniers instants de vie poignants, drôles, émouvants. La lecture est prenante : une nouvelle en appelle vite une autre.
L'écriture est fluide, même si, parfois, un peu monocorde malgré la diversité des personnages incarnés.

L'auteur nous rappelle que les stèles sont riches d'histoires singulières, de vie !

Autres ouvrages de l'auteur : Une pièce montée ; La Ballade de Lila K

Musique liée : Jeff Buckley, Hallelujah




Tout nouveau, tout beau, mon premier post : ma PAL des vacances !

 PAL des vacances de mars


Dans ma pile, il y a : 

- Catherine Mavrikakis, Les derniers jours de Smokey Nelson ;
- Joan Didion, Le Bleu de la nuit ;
- Catherine Mavrikakis, Le Ciel de Bay City ;
- Blandine Le Callet, La Ballade de Lila K ;
- Philip Roth, Indignation ;
 - Valérie Tong Cuong, L'ardoise magique ;
- Brigitte Giraud, Une année étrangère ;
- Martha Brooks, Mistik Lake ;
- Meg Rosoff, Maintenant, c'est ma vie.